Les déchets de fracking font trembler l’Arkansas

Injectés à haute pression, les eaux usées des exploitations de gaz de schiste de l'Arkansas auraient causé un millier de mini-séismes. Les autorités envisagent d'interdire ces puits-poubelles.

par Sylvain Lapoix Le 4 juillet 2011

aucune réaction
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

Journaliste politique engagé et un brin utopiste, j'ai couvert la campagne présidentielle pour Marianne2.fr avant de m'ouvrir à l'économie. Enquêteur augmenté sur OWNI depuis septembre 2010, je cherche la petite bête dans les domaines de l'énergie, de l'écologie et des partis politiques.


Sur le même sujet

Depuis un an, les 3000 km² de Faulkner Coutny en Arkansas ont été secoués de mille mini-séismes causés par l’enfouissement des eaux usées issues des exploitations de gaz de schiste environnantes. Au lieu de retraiter l’eau chargée de produits chimiques remontant des puits où est pratiqué la fracturation hydraulique, les entreprises gazières avaient choisi de les stocker dans des « puits injecteurs », sortes de poubelles souterraines, où le liquide était « tassé » à grands coups de fracturation hydraulique à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Le plus violent de ces tremblement de terre a frappé l’Etat le 27 février avec une magnitude de 4,7 sur l’échelle de Richter.

Les puits injecteurs sont des forages utilisant la fracturation hydraulique pour stocker en profondeur des déchets, comme les eaux usées issue de la fracturation hydraulique (ici, un puits injecteur d'eau usée d'opération de géothermie).

Une étude réalisée par le Akansas Geological Survey et le Centre de recherche et d’information sismographiques de l’université de Memphis a établi un lien entre les petits tremblements de terre et les opérations d’enfouissement des eaux usées par le géant Chesapeake Energy et la compagnie locale Clarita Operating LLC. Bien qu’aucun lien n’ait été établi officiellement, les autorités ont constaté que l’activité sismique avait sensiblement décru après que deux puits d’enfouissement aient été fermés. Les opérations de fracturation hydraulique des puits injecteurs ont été stoppées depuis en attendant une audition le 26 juillet devant la Oil and Gas Commission de l’Etat.

En mai, un couple de Faulkner County a entamé une action en justice contre les entreprises responsables des « puits poubelles », persuadé d’un lien entre ces fracturatons hydrauliques et les centaines de mini-séismes ayant frappé leur terrain. Si elle venait à intervenir, l’interdiction ne porterait que sur la zone entre Conway et Greets Ferry, où les tremblements de terre se sont produits. Les compagnies gazières n’auraient dès lors plus qu’à aller enfouir leurs eaux usées plus loin.

Photos FlickR Paternité Slideshow Bruce ; PaternitéPas d'utilisation commerciale kqedquest.